Navigation

Big Brother dans les entreprises suisses ? Confiance, données et sphère privée au travail

 

Le Big Data est à même de rendre les entreprises plus productives. En Suisse également, elles sont de plus en plus nombreuses à introduire de nouvelles techniques afin de contrôler les performances de leurs collaborateurs. Des contrôles disproportionnés peuvent toutefois détruire le rapport de confiance avec l’employeur. Nous voulons montrer comment les entreprises peuvent éviter cela.

Portrait / description du projet (projet de recherche en cours)

Notre travail se divise en quatre étapes :

  1. Nous mettons tout d’abord sur pied un réseau suisse de partenaires de terrain, dans lequel tous les acteurs importants sont représentés.
  2. Grâce à un sondage de grande envergure auprès des entreprises suisses, nous cherchons à savoir comment elles utilisent actuellement le Big Data sur le lieu de travail.
  3. Des études de cas détaillées permettent de définir les meilleures pratiques.
  4. À partir des données, nous élaborons un modèle qui comprend différents scénarios concernant le lieu de travail et la sphère privée, modèle que nous testerons et développerons en dialogue avec les acteurs sur le terrain.

Nous partageons les données et connaissances ainsi acquises aussi bien avec la communauté scientifique à l’échelle nationale et internationale qu’avec les entreprises concernées en Suisse.

Contexte

Des décisions basées sur des données sont censées rendre les entreprises plus productives, transparentes et flexibles, et éviter l’arbitraire. Les analyses Big Data sont de plus en plus demandées dans la gestion du personnel car elles permettent aux entreprises de mieux contrôler les performances de leurs collaborateurs. À côté de nombreux avantages, le Big Data sur le lieu de travail présente aussi des risques. Le contrôle sans mesure des collaborateurs peut induire une perte de confiance qui réduit à néant les bénéfices du Big Data.

Objectif

Nous souhaitons répondre aux questions suivantes :

  1. Quelles méthodes Big Data les entreprises suisses utilisent-elles aujourd’hui dans la gestion du personnel ?
  2. Dans quelle mesure ces méthodes favorisent-elles ou nuisent-elles au rapport de confiance avec l’employeur ?
  3. Quel est le potentiel d’amélioration du point de vue des ressources humaines, de l’éthique et du droit ?

Nous cherchons le dialogue sur le terrain et menons des études empiriques au moyen de diverses méthodes, comme par exemple des études de cas et une vaste enquête auprès des entreprises suisses.

Importance / Application

Notre projet fait œuvre de pionnier à divers égards. Il n’y avait jusqu’ici pas de données fiables sur la façon dont les entreprises suisses utilisent les méthodes du Big Data dans la gestion de leur personnel ni sur la manière dont ces méthodes influencent le rapport de confiance avec l’employeur. Les aspects éthiques et juridiques avaient également été ignorés. De par sa perspective interdisciplinaire, notre recherche renforce la place scientifique suisse et se révèle aussi pertinente pour la pratique.

Titre original

Big Data or Big Brother? – Big Data HR Control Practices and Employee Trust

Responsables du projet

  • Prof. Antoinette Weibel, Forschungsinstitut für Arbeit und Arbeitswelten, Universität St. Gallen
  • Dr. Thorsten Busch, Institut für Wirtschaftsethik (IWE), Universität St. Gallen
  • Dr. Christoph Schank, Institut für Wirtschaftsethik (IWE), Universität St. Gallen
  • Prof. Isabelle Wildhaber, FAA-HSG Privat- und Wirtschaftsrecht unter bes. Berücksichtigung des Arbeitsrechts, Universität St. Gallen

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Antoinette Weibel Forschungsinstitut für Arbeit und Arbeitswelten Universität St. Gallen Müller-Friedberg-Strasse 6/8 9000 St. Gallen Antoinette.Weibel@unisg.ch

A ce sujet